Les différentes pertes auditives

Causes de la baisse de l'audition

Le Vieillissement

La “presbyacousie” (baisse de l’audition due à l’âge) est aussi fréquente que la presbytie (baisse de la vue due à l’âge). En général, la presbyacousie apparait 10 à 15 ans après la baisse visuelle et parfois plus tôt si il y a eu exposition au bruit pendant la vie professionnelle. Elle correspond à des mécanismes divers :

  • – Disparition des cellules ciliées de l’oreille interne
  • – Perte de souplesse des osselets
  • – Fragilisation du tympan
Nous ne sommes pas égaux devant ce phénomène qui touche des personnes à des degrés et des âges divers.
C’est en moyenne à partir de 30 ans que se produit sur chacun de nous une dégradation progressive de l’audition. Mais elle devient sensible et donc gênante à partir de 60 ans environ et d’autant plus pour les personnes ayant travaillé dans le bruit ou ayant eu des otites.
La perte de l’acuité auditive est le plus généralement graduelle. Le plus souvent elle se manifeste d’abord dans les fréquences aiguës.
Le phénomène naturel doit être dédramatisé. Considérée avec fatalisme, la presbyacousie conduit trop souvent à un repli sur soi même.

Le bruit : un fléau de la vie moderne

Ce n’est pas un hasard si 50 % des français considèrent le bruit comme la nuisance numéro 1. Particulièrement insidieux, le bruit s’avère dangereux pour l’audition et coûteux pour la société. Ces causes en sont multiples :
Les bruits d’origine professionnelle sont souvent supportés sans protection.

  • – La musique et les excès de décibels qu’elle entraîne dans certaines circonstances : discothèques, concerts, baladeurs, etc.
  • – Nuisances urbaines : dans les grandes villes, les personnes sont exposées à un niveau de bruit supérieur à 65 dB essentiellement généré par l’automobile et les transports.
  • – Le blast tympanique : ce phénomène désigne l’ensemble des lésions du tympan qui suit le passage d’une onde de choc ou d’une forte pression statique. Il se manifeste par l’apparition d’une otorrhée la plupart du temps associée à une hypoacousie et à des acouphènes. Le blast tympanique est dû à une variation brutale et rapide de la pression ambiante entraînant une onde de choc qui va se propager à vitesse supersonique à travers le tympan. On constate les effets d’un blast tympanique dans le milieu militaire (après une forte déflagration) ou dans la vie courante (après une gifle sur l’oreille ou un plongeon en mer). Pris à temps le blast tympanique peut être soigné.

Les causes médicales

Durant la grossesse

La déficience auditive chez l’enfant peut être due à des causes infectieuses contractées par la mère : toxoplasmose, cytomégalovirus, rubéole ainsi qu’à des causes d’origine génétique. Certains médicaments pris lors de la grossesse peuvent également entraîner une surdité chez l’enfant.

Chez l’enfant :

A la naissance : le recours à une réanimation peut entraîner, dans certains cas, une surdité. Les otites à répétition sont, elles aussi, responsables de l’altération du tympan ou de l’oreille moyenne, en particulier les otites séreuses. Ce type d’otite beaucoup plus insidieux, provoque une inflammation de l’oreille moyenne qui, dépistée trop tardivement peut être cause de surdité. Une perte auditive au niveau de l’oreille moyenne peut entraîner des difficultés dans le développement de l’enfant et des retards dans l’apprentissage du langage.
Les méningites peuvent être aussi à la source d’altération de l’audition.
Les surdités de perception et/ou de transmission certaines fois, peuvent avoir une origine génétique.

Chez l’adulte :

L’otospongiose peut causer une déficience auditive (sécrétion par l’os d’une masse spongieuse qui emprisonne l’étrier).L’otospongiose est une cause de surdité évolutive qui touche 2 % de la population
Le neurinome, tumeur non cancéreuse du nerf auditif, peut provoquer une surdité progressive ou brutale qui peut être irréversible.
On peut aussi retrouver chez l’adulte des causes génétiques.
Le tabac peut avoir des effets néfastes sur l’audition.
Certains virus peuvent engendrer une inflammation du nerf auditif ou une obstruction vasculaire, entraînant une surdité brusque.



Les médicaments sont parfois une cause de surdité
Certaines lésions de l’oreille interne (au niveau de la cochlée ou du vestibule) peuvent être causées par certains antibiotiques. Aux Etats-Unis, on estime que la surdité médicamenteuse touche entre 2 et 3 patients sur 1000 traités par un médicament ototoxique.
Plus de 130 médicaments ont été reconnus potentiellement ototoxiques, parmi lesquels certains antibiotiques (Streptomycine, Viomycine, Sisomycine, etc), des anti inflammatoires (Dupéran, Indicid), des diuritiques (Lasilix), les oestrogènes et la vitamine A (facteur aggravant de l’otospongiose) ou encore la quinine qui peut entraîner des effets secondaires (acouphènes, hypoacousie ou vertiges).

Les causes génétiques

La recherche génétique a mis en évidence plusieurs points qui soulignent le facteur héréditaire decertaines déficiences auditives.
L’existence de bases héréditaires à la sensibilité de l’oreille au bruit.
L’apparition de troubles auditifs chez les personnes d’âge mûr.
La vulnérabilité à une classe d’antibiotique (les aminoglycosides), comme en témoigne Christine Petit, chercheur au CNRS de Paris : ” nous savons aujourd’hui qu’ils peuvent induire des surdités chez des individus porteurs de mutations dans certains gènes “.

Les Conséquences

Parmi les conséquences d’une déficience auditive, quel que soit son degré de gravité, les effets sur la vie sociale et psychologique sont parfois pesants. Mal entendre est encore mal connu, mal compris et mal accepté par la société. De plus, la perte d’un sens sur lequel repose essentiellement la communication est difficile à accepter.
Au début, le malentendant n’en a pas conscience ou refuse de l’accepter. Il s’habitue à interpréter et deviner les conversations en prenant comme support les mots qu’il perçoit. Mais petit à petit, la perte de l’audition devient handicapante dans le rapport avec les autres.